• Wandering Retail

Le pouvoir évocateur de la vitrine

Nous aimons souvent penser à la #vitrine comme un beau #attrapeurderêves: elle a le pouvoir de #raconter une# histoire, #évoquer une imagination collective, #développer des #attentes, et nous arrêter, soit que pour seulement trente seconds, dans notre passage rapide dans la rue.

Nous attrappe au sens propre du terme, et nous parle.

Dans notre #formations sur le #visual #merchandising, nous n'avons une qui associe la vitrine dans son sens plus évocateur, à l'#iconographie (l'iconographie de la vitrine).

La vitrine nous parle avec des paroles muettes, avec la force inarrêtable des symbols, des images; le produit souvent n'est pas que simplement #exposé, mais il est #célébré.

Quel que doit raconter c'est pas juste la robe exposé plutôt que le set d'assiette, mais leur #inspiration: l'origine de l'#idée d'une #collection, l'#identité d'une #marque et (encore!) elle doit répondre à une #attente que les #clients ne savent pas ancore d'avoir.

Elle nous doit donner l'idée de ce fameux #voyage, nous inviter à entrer dans la #boutique à la recherche d'un #dépaysement.

Ironique, poétique, lyrique, irrévérencieuse: n'importe.

L'important est qu'elle nous parle, nous arrête, nous interroge.

Nous avons retrouvé les photos de ces magnifiques vitrines de noel du groupe #MaxMara (le photos étaient prises à #Milan à decembre 2019), et nous l'avons choisi comme un (efficace) exemple de narration.

Une raconte l'esprit #MaxCo, l'autre #IBlues.

La vitrine de Noel est toujour une de plus difficiles à représenter. Tout il semble être déjà dit, déjà évoqué et souvent avec une incroyable banalité, donc sans rien de nouveau à raconter.

Bien, ceci c'est l'#exemple d'une veritable évocations.



La vitrine coral de Max&Co peut nous rappeler un défilé sur les marchés de #PiazzadiSpagna à #Rome, ou aussi bien, une chorale de personnages féminin sur les marches d'un théâtre antique.

Nous laisse #interpréter, nous laisse #imaginer.

La deuxième change complètement de registre, bien en ligne avec l'identité irreverent de I-Blues (la ligne plus dynamique et créative de Max Mara):



un' espace sans temps où ses personnages gardent l'esprit enfantin de la fête de noël: la lettre (les lettres!) à père noël.

Une veritable liste de souhaits.

Mais c'est juste l'envie d'exprimer un désir, ou de partager les désires des autres? (Ces lettres ont-elles été envoyées par nos protagonistes ou les ont-elles reçues ? Sont-elles les auteurs de ces rêves de papier, ou représentent-elles plutôt de nombreux jeunes Père Noël?)

Il reste encore une fois l'ambiguïté d'une histoire qui nous peuvons lire dans différentes façons, et qui peut répondre aussi bien à les différents attentes de chacun de nous.

Une sorte de début d'une nouvelle: il était une fois ... et il suffit d' entrer dans la boutique pour découvrir sa suite.


(Une petite anticipation: Le prochain rendez-vous sur la vitrine en tant qu'iconographie sera sur le thème des #soldes)

6 vistas0 comentarios

Entradas Recientes

Ver todo